samedi 25 mars 2017

Compte rendu TP MDS LES LIMITES D’ATTERBERG génie civil PDF

Compte rendu TP MDS LES  LIMITES  D’ATTERBERG génie civil PDF  

L'article d'aujourd'hui concernat le compte rendu tp mecanique des sols de  LIMITES  D’ATTERBERG d'un sol pour genie civil 2eme année licence pour télécharger ce en tant que fichier PDF a la fin de ce TP   LIMITES  D’ATTERBERG.


Comment connaitre les limites d'atterberg en génie civil ?

Compte rendu TP MDS LES  LIMITES  D’ATTERBERG génie civil PDF

TP Limites d'atterberg


Introduction :
 Les limites d’ATTERBERG consistent en des teneurs en eau limites qui marquent la transition entre deux états de consistance d’un sol cohérent. C’est pourquoi, on distingue trois états dans la consistance des argiles (les états liquide, plastique et solide)
             La transition d’un état à l’autre est très progressive, c’est pourquoi toute tentative pour fixer la limite entre deux états comporte une part d’arbitraire, on utilise généralement les limites définies par Atterberg  et précisées ensuite par Casagrande.
Limite de liquidité (wL)= l’état liquide vers l’état plastique
Limite de plasticité (wp)= l’état plastique vers l’état solide.


1-BUT DE TP : 
  Le But de ce TP et de

  1.  mesurer des teneurs en eau et l’identification de la limite (liquide ou plastique) afin de permettre la classification du sol étudier.  


4-Materiels:

  • - Tamis d’une mailles 400 μm
  •  - Palette 
  • - Mortier et pilon
  • - Bol de porcelaine
  • - Spatule
  • - Balance 
  • - Surface de roulement (verre ou céramique)
  • - Appareil de casagrande



MODE OPERATOIRE
LIMITE DE LIQUIDITE 
PRINCIPE
  Pour déterminer la limite de liquidité wL est la teneur en eau w (%) qui correspond à une fermeture en 25 coups, en utilise une appareil conforme aux spécifications qui porte le nom de Casagrande.





PARTIE EXPERIMENTAL:
Pour l'étude expérimentale de cet essai on va:
 a) - Déterminés la teneur en eau naturelle de sol

Compte rendu TP MDS LES  LIMITES  D’ATTERBERG génie civil PDF
b) – Déterminés la limite de liquidité wL
         -    Prélever un échantillon d’environ 300 g (naturelle)
         -    A l’aide de la spatule, triturer vigoureusement l’échantillon dans un bol de porcelaine  
               jusqu’à ce que le mélange soit homogène.
remplir la coupelle par une couche d’argile remanie
On trace une rainure (entaille) de 13 mm à l’aide d’un outil en forme de V
On imprime à la coupelle des chocs semblables (hauteur de chute 10 mm sur une base de caoutchouc) en comptant le nombre de chocs nécessaires pour fermer la rainure sur 12 à 13 mm de longueur.
Mesurant alors la tenure en eau de la pâte on prélevant une tranche de masse d’environ 10 g.
Cette procédure sera répéter afin d’obtenir 3 à 4 teneurs en eau correspondant à des fermetures de rainure acceptables.
On trace le nombre de coups en fonction de la teneur en eau, on constate respectivement de cette relation est une droite en coordonnées semi-logarithmiques lorsque le nombre de coups compris entre 15 et 35. La limite de liquidité est la teneur en eau correspondant à 25 coups sur le graphique, arrondir la valeur au nombre entier le plus près.

LIMITE DE PLASTICITE
PRINCIPE
   La limite de plasticité wp est la teneur en eau (exprimée en %) du rouleau qui se brise en petits tronçons de 10 à 20 mm de longueur au moment où son diamètre atteint 3 mm.

PARTIE EXPERIMENTAL:
a) - Déterminés la teneur en eau naturelle de sol


Compte rendu TP MDS LES  LIMITES  D’ATTERBERG génie civil PDF

b) – Déterminés la limite de plasticité wp
Prélever un échantillon d’environ 30 g  d’argile
Assécher l’échantillon jusqu’à ce qu’il soit possible d’en façonner une boule qui ne colle pas au doigt. Assécher l’échantillon au four.
Rouler l’échantillon sur la surface de roulement avec la paume de la main de manière à obtenir un rouleau d’environ 10 mm de diamètre
Diviser le rouleau en deux parties égales
Rouler de nouveau cette partie entre la paume de la main et la surface de roulement avec une légère pression  afin d’obtenir un rouleau d’environ 3 mm de diamètre uniforme sur toute sa longueur.
Lorsque le rouleau de 3 mm de diamètre brise ou effrités en morceaux on les places dans un récipient afin de déterminé sa teneur en eau
 On exécute en général deux essais pour déterminer cette limite

PRESENTATION DES RESULTATS:
La présentation des résultats comprend les tableaux des valeurs obtenues durant l’essai ainsi que le graphique w= ƒ(N) qui sert à déterminer wp

Compte rendu TP MDS LES  LIMITES  D’ATTERBERG génie civil PDF

Compte rendu TP MDS LES  LIMITES  D’ATTERBERG génie civil PDF


Compte rendu TP MDS LES  LIMITES  D’ATTERBERG génie civil PDF

D’après les essais on a obtenu les résultats expérimentaux suivants :    

         w=   11 %     wL= 20  %
Mais d’après la résultat théorique à laide de l’équation suivante :

Compte rendu TP MDS LES  LIMITES  D’ATTERBERG génie civil PDF

Remarque : 
 Le résultat expérimental est presque égal au résultat théorique






CONCLUSION:

 Après la détermination des limites d’Atterberg en peu identifier notre sol avec le diagramme de plasticité. Donc notre sol ce constituée d’argiles silteuses silts et sables argileux 


Note: mes chèrs amis pour telecharger ce Compte rendu TP MDS LES  LIMITES  D’ATTERBERG génie civil au format PDF telecharger le fichier









Comment télécharger le fichier?



---------------------
Tags:
compte rendu limite d'atterberg
compte rendu limite d'atterberg pdf
limite d'atterberg pdf
tp mds pdf
tp limite d'atterberg
tp limite d'atterberg pdf
tp mds limite d'atterberg
---------------------





Compte rendu Equivalent de sable TP MDC génie civil PDF

Suivez nous sur facebook:





Partager l'article avec vos amis !! 

vendredi 24 mars 2017

Compte rendu essai de compressibilite a l'oedometre TP MDS génie civil PDF

Compte rendu essai de compressibilite 
a l'oedometre TP MDS génie civil PDF

L'article de ce jour la concernat l'essai de compressibilite a l'oedometrie du sol vous pouvez telecharger le Compte rendu essai de compressibilite a l'oedometrie TP MDS génie civil PDF.


C'est quoi la compressibilite a l'oedometrie?

Compte rendu essai de compressibilite a l'oedometre TP MDS génie civil PDF

TP essai de compressibilite a l'oedometre 


Introduction :
Chaque  construction doit être respecter par des normes de stabilités et consolidations des sols,tel que le phénomène de consolidation est la déformation du sol fin saturé au fur et à mesure de l’évacuation de l’eau interstitielle, suite à l’application d’une surcharge en surface du sol.
 Il est prépondérant dans un sol argileux et s’exprime par une évolution du tassement dans le temps.

Objectif de l'essai:

  1.  L'essai a pour but de connaître la résistance à la compression et à la traction du béton, qui peut être mesurée en laboratoire sur des éprouvettes.
I- Essais de Compression  (NF P 18 – 406)


 Principe de l'essai de compressibilite a l'oedometrie:
 L’essai oedomètrique consiste à soumettre l’échantillon à une série de pressions verticales et de suivre l’évolution des déformations verticales du matériau dans le temps, sous une surcharge donnée, à l’aide des comparateurs.
 Les principaux paramètres pouvant être déduits de l'essai oedométrique réalisé sur des échantillons non remaniés sont :
les paramètres de compressibilité ;
le coefficient de consolidation ;
la contrainte apparente de préconsolidation ou la résistance du matériau ;
le coefficient de consolidation secondaire ;
les paramètres de gonflement.
Et les principes de l'essai oedométrique à chargement par paliers sont les suivants :
le chemin de contraintes correspond à une déformation unidimensionnelle ;
le drainage est axial et unidimensionnel.
Les chemins de contraintes et les conditions de drainage sous des fondations sont généralement tridimensionnels et des différences peuvent apparaître au niveau des valeurs calculées pour le tassement ou pour sa vitesse.
Un tel type d’essai représente le tassement d’une couche de faible hauteur soumise à une surcharge de grande surface. 
Dans le cas où la surcharge est ponctuelle, cet essai devient irréaliste, du fait que dans ce cas les déformations latérales du sol sont non négligeables.
Une méthode a été proposée par Skempton et Bjerrum pour le calcul du tassement à partir de l’essai oedomètrique en tenant compte des déformations latérales dans ce cas.
L'analyse d'un essai de consolidation repose généralement sur l'hypothèse que le sol est saturé. 
Dans le cas de sols non saturés, certains paramètres déduits de l'essai peuvent ne pas avoir de signification physique.

APPAREILLAGE:
 L’appareil comporte essentiellement :
  •  Moule oedomètrique ayant une paroi lisse indéformable.
  •  Bâti de chargement. Il comprend essentiellement un levier Qui transmet les surcharges au   piston.
  •  Disques de poids connus pour charger l’échantillon.
  • Deux pierres poreuses avec le papier filtre. Ce dernier sert à protéger les pierres du  colmatage dù aux grains fins.
  •  Chronomètre donnant la seconde.


REALISATION DE L’ESSAI de compressibilite a l'oedometrie:
Un essai oedomètrique par paliers comporte l’application d’une série de pressions dont chacune peut durer 24 heures.
 On se propose dans cette expérience d’étudier un échantillon sableux sec, pour lequel le tassement est essentiellement instantané et peut éventuellement évoluer par fluage.
Le programme de chargement de l’échantillon exprime en termes d’effort vertical applique par le piston, est comme suit : 3,75 ; 9,75 ; 20 ; 75 ; 9,75 ; 3,75 et enfin 0 kg.
Chaque palier doit durer 5 minutes. 
On mesure le tassement  suivant la cadence suivante : 0,15 secondes, 30 s, 45 s, 1 min et 2 minutes.
On mesure les dimensions du moule et celles de chaque pierre poreuse.
On Mesure le bras de levier permettant de calculer l’effort revenant au moule.
On Pèse le moule oedomètrique vide et la pierre poreuse munie d’un papier filtre et on mettre la pierre poreuse inférieure à la base du moule.le bac contenant le moule doit être sec tel que  La pierre poreuse joue ici le rôle d’une base pour le moule oedométrique.
On Remplir le moule par du sable sec à partir d’une hauteur de 20 cm par rapport à la pierre poreuse. Les mains doivent former ainsi un entonnoir de faible ouverture.
Une fois le moule rempli,on  arase la surface supérieure à l’aide d’une règle ou d’un élément rigide et plan et on poser la pierre poreuse supérieure.
On pèse l’ensemble moule + échantillon + pierres poreuses et on fixe le moule sur le bac et serre les vis de fixation.
Par mettre en place le piston et régler le comparateur à zéro on pose le poids correspondant au premier chargement et on repérer tout de suite la position du comparateur, et ainsi de suite.
Une fois qu’on atteint l’effort maximum, on procède d’une façon identique au chargement de l’échantillon.


EXPLOITATION DES RESULTATS:
Calcule de pression:




Calcul le poids de sol (PS) : 
PS = [poids (moule +sol+2pierres +filtre)] - [poids (pierre +filtre)]- poids moule





La courbe oedometrique:
la courbe  oedométrique e=f(log ) représente 3 parties :
La courbe de chargement
La partie virage.
La Courbe de déchargement.
Et par cette courbe en paut  détermine les coefficients suivants :
Coefficient sur consolidé CS : C’est la pente de la tangente à la partie de chargement de la courbe oedometrique
Coefficient de compressibilité CC : C’est la pente de la tangente à la partie vierge de la courbe oedometrique
Coefficient de gonflement Cg : C’est la pente de la tangente à la partie de déchargement de la courbe oedometrique

La courbe σ =f(e): 
Interpretation : 
Il existe dans cette courbe deux partie : la courbe de chargement et la courbe de déchargement tel que la partie vierge est totalement nulle, alors implique que le coefficient de compressibilité CC est nul, telque cet dernier permet de préciser la sensibilité du sol au tassement le long de tronçon de courbe.  

Calcule le module oedometrique:


La courbe E=f(σ) :


La démonstration de la formule 

Pour démontre la formule précédente, il suffit d’écrire la loi de HOOK suivant les 3 directions et écrire  selon la direction horizontale par :
La loi de Young suivant les 3 dimension sont :


 Avec :          E : module de Young de sable
                         v : Coefficient de poison (pour le sable =0.33)
Et pour l’essai oedometrique on a :



On remplace (a) dans (b) on aura :





Les tableaux des resultatas calculées :







N’est pas  possible de caractériser le matériau étudie par une valeur unique de E  car si on prend deux points quelconque de la courbe on remarque que :



Alors le module oedometrique n’est pas constant il dépend de la pression de deux point selectionneès, mais dans la pratique, il est possible sans grand erreur de considère un module oedometrique constant, et qui écrire par :



Conclusion:

Le tassement des sols sous les ouvrages est basé à  la théorie de consolidation.
Dans notre expérience, on remarque que l’augmentation et diminution de tassement dépendent de l’augmentation de pression de chargement et l’indice des vides tel que il existe une relation linéaire proportionnelle entre le tassement et la pression.
En général, quand en charge un sol par un ouvrage, cette charge engendre une pression (contrainte) qui va provoquer une diminution de l’indice des vides d’où le tassement augmente .

    


Note: mes chèrs amis pour voir le reste des Compte rendu essai de compressibilite a l'oedometrie TP MDS génie civil PDF telecherger le fichier pdf












Compte rendu Equivalent de sable TP MDC génie civil PDF

Suivez nous sur facebook:





Partager l'article avec vos amis !! 

dimanche 19 mars 2017

Compte rendu TP MDS ESSAI DE PENETRATION DYNAMIQUE (DPT) génie civil PDF

Compte rendu TP MDS ESSAI DE PENETRATION DYNAMIQUE (DPT) génie civil PDF   

Un autre essai important dans notre domaine est L'ESSAI DE PENETRATION DYNAMIQUE (DPT), aujourd'hui on a un Compte rendu de TP MDS ESSAI DE PENETRATION DYNAMIQUE (DPT) génie civil PDF.


ESSAI DE PENETRATION DYNAMIQUE en génie civil

Compte rendu TP MDS ESSAI DE PENETRATION DYNAMIQUE (DPT) génie civil PDF

TP ESSAI DE PENETRATION
 DYNAMIQUE


Introduction :
  L’idée de la pénétration dynamique d’une tige munie d’un cône dans le sol est bien ancienne. Cet essai a été initialement conçu pour apprécier qualitativement la densité des sols pulvérulents dont il est quasi-impossible d’en extraire des échantillons intacts.
D’autres sources indiquent que cet essai dérive de la technique de mise en œuvre des pilotis en bois pour la construction des cités aquatiques, depuis l’aube de l’histoire humaine.
 La première expérience conne d’essai de pénétration dynamique remonte au XVIIème siècle en Allemagne. Depuis, plusieurs générations du pénétromètre dynamique se sont succédées avec une amélioration sensible apportée à l’appareil de base.
             L’essai DPT est  le plus simple et le moins coûteux des essais in-situ, se qui explique qu’il est le plus utilisé. Outre la reconnaissance géotechnique du terrain, l’essai de pénétration dynamique est un outil de calcul des fondations, bien qu’il connaît dans ce domaine moins de succès que d’autres essais tels que le pressiomètre et le pénétromètre statique.


1-BUT DE ce TP MDS : 
Le pénétromètre dynamique est un modèle réduit d’une fondation profonde battue dans le sol. C’est un essai facile de mise en œuvre et rapide, donc peu coûteux, qui peut être utilisé pour définir les points suivants, au cours de la reconnaissance :

  1. L’homogénéité du site (comparaison des courbes de battage)
  2. La cote du substratum (contrôle des refus absolus). 
  3. Le refus présumé de fondations battues (pieux, chemises métalliques, palplanches, pal pieux…).
  4. L’estimation de la force portante de fondations profondes et au cours de l’exécution, le contrôle de la force portante obtenue au cours de battage.
  5.      Les deux premiers points montrent qu’on est en présence d’un essai de reconnaissance que l’on ne doit, eu égard à sa fidélité, utiliser que pour avoir une idée qualitative de la succession des couches.
  6.       Il serait illusoire de vouloir tirer de cet essai des renseignements géotechniques quantitatifs.
  7. Les deux autres points montrent que cet essai permet un dimensionnement approché des fondations profondes proprement dites (Battage de pieux) ou une évaluation du procédé d’exécution utilisé (réalisation d’un batardeau de palplanches) dans certains terrains.
  8. Enfin, l’application sur chantier d’une formule de battage permet en vue des refus (enfoncements moyens, par coup de mouton, calculés en général sur 10 coups) mesurés, de prendre la décision d’arrête le battage, une fois la résistance cherchée est obtenue.

Ces formules de battage doivent être utilisées avec coefficient de réduction important.

3- CHAMP D’APPLICATION de ESSAI DE PENETRATION DYNAMIQUE:
 L’essai peut se faire pour le balayage du terrain en phase de reconnaissance préliminaire permet par la suite d’orienter la reconnaissance détaillée (nombre et position des sondages…).
        Cet essai est aussi utilisé pour l’analyse qualitative d’un terrain (location d’un substratum, mise en évidence des cavités…), comme il est utilisé pour l’étude d(un modeste projet de fondations où l’investigation géotechnique est pour des raisons économiques limitée.
         Le DPT s’est élargi et il est actuellement courant de réaliser des campagnes d’essai de pénétration dynamique pour :
Définir un site en phase de reconnaissance et déterminer ainsi son aptitude de recevoir une construction donnée.
Définir le toit d’un substratum compact (rocheux).
Définir l’homogénéité spatiale du terrain par recoupement des différents sondages pénétromètriques.
Etudier les sites où il est impossible de réaliser des massifs de réaction( site aquatique, sol tourbeux, terrains encombrés…), ce qui présente un avantage important par rapport à l’essai de pénétration statique CPT.
Etudier la pénétrabilité des pieux et des rideaux de palplanches.
Caractériser la résistance des sols raides et compacts (refus de pénétration statique)
Etudier les dépôts alluvionnaires ou graveleux où l’éboulement ou la présence des gros cailloux rendent délicats les autres essais in-situ.


4-Materiels:

  •  - Tamis d’une mailles 400 μm
  •  - Palette en caoutchouc 
  •  - Mortier et pilon
  •  - Bol de porcelaine
  •  - Spatule
  •  - Balance 
  •  - Pénétromètre à cône



5-PRINCIPE DE L’ESSAI DE PENETRATION DYNAMIQUE:
 L’essai consiste à battre un train de tiges finissant par une pointe conique dans le sol, à l’aide d’un mouton de masse M  tombant d’une hauteur H et de mesurer le nombre de coups nécessaire Nd pour faire pénétrer la pointe sur une hauteur  h. L’essai est en général rapide, le comportement du sol est donc non drainé notamment dans le cas des sols fins saturés.
Le paramètre Nd en soi même, n’a aucune signification du fait qu’il varie notamment avec l’intensité de l’énergie de battage, le rapport entre la masse du mouton et celle battue (enclume + tige + point…), le diamètre de la pointe et son débordement. Il importe alors de calculer d’une manière conventionnelle une résistance dynamique qd à la pénétration selon les formules de battage qu’on verra ci-après.

6-CARACTERISTIQUE PRINCIPAUX:
Le chargement du sol est instantané.
Le seul paramètre que l’on peut mesurer à l’aide des appareils courants est la résistance dynamique (soit de pointe, soit de l’ensemble du train de tubes, suivant les appareils calculés grâce à une formule de Battage en fonction de la profondeur permet de tracer une courbe de Battage.
L’interprétation des résultats se fait habituellement à l’aide d’un graphique sur lequel, on a noté le nombre de coups nécessaires pour enfoncer la pointe de 10, 20 ou 30 cm en fonction de la profondeur atteinte.
L’analyse des diagrammes de pénétromètre est surtout utilisée pour :
Apprécier la compacité des sols pulvérulents.
Apprécier l’homogénéité d’un site, déceler l’hétérogénéité, positionner les couches dures.
Envisager de battre les pieux et les palplanches et quelle sera la cote approximative de leur refus à puissance de battage donnée
Estimer à partir des formules de battage la force portant des fondations

L’essai de pénétration dynamique ne doit jamais être utilisé seul au cours de la reconnaissance.
Une reconnaissance extensive d’un site pourra être menée à partir de cet essai à condition d’effectuer un étalonnage correct sur des forages de reconnaissance voisins ou d’autres essais in-situ, en particuliers les sondages pressiométriques.

6-NORMALISATION DE L’ESSAI:
La normalisation de l’essai ouvrira des grandes perspectives de recherche sur cet essai simple mais pouvant jouer un rôle pas moins important que celui d’autres essais in-situ, et permettra désormais de comparer les résultats d’études sur un appareil unifié.
On reporte ci-dessous l’essentiel du projet de norme mondiale concernant l’appareillage standard ainsi que la procédure normalisée de l’essai :
1- Il existe quatre type d’essai DPT selon la taille du cône et l’énergie de battage :
L’essai DPL ou pénétration dynamique légère
L’essai DPM ou pénétration dynamique moyenne
L’essai DPH ou pénétration dynamique lourde
L’essai DPSH ou pénétration dynamique super lourde
2- La géométrie du cône fait intervenir un angle au sommet de 90°.
3- La résistance en pointe est définie par le nombre de coups de battage nécessaire pour un enfoncement donné de la pointe. L’énergie de battage est le produit du poids M . g du mouton fois la hauteur H de chute.
4- L’essai DPT est recommandé pour une investigation dans un massif pulvérulent. En interprétant l’essai dans un sol cohérent ou à grand profondeur, une prudence est requise en cas de mobilisation significative du frottement latéral avec les tiges.
5- L’essai DPT peut être utilisé pour l’appréciation qualitative des caractéristique du sol telles que la densité relative, la compressibilité, la résistance au cisaillement et la consistance. Il est recommandé que l’interprétation de l’essai pour un calculde la capacité portante des fondations est à limiter principalement aux sols pulvérulents.
6- La cadence du battage est de 15 à 30 coups par minute. La résistance dynamique des sols pulvérulents dépend peu de cette cadence. On peut alors augmenter la cadence jusqu’à 60 coups par minute.
7- A partir du nombre de coups mesuré, on calcule la résistance dynamique en pointe par :
   qd =  M.g.H       M
            Sp . v      M+M’
Avec :
M’ : Masse totale des tiges, du guide et de l’enclume
M : Masse du mouton
H : Hauteur de chute du mouton
Sp : Aire de la section droite du cône
g : Accélération de la gravité terrestre (10 m/s2)
v : Pénétration pour un coup (v= h/ Nd  , h ≈ 10 cm est l’enfoncement de la pointe)
8 – On peut limiter la mobilisation du frottement latéral par une injection de la boue de forage à partir du cône, dans l’espace annulaire entre les tiges et la paroi du forge, ou en injectant un tubage de revêtement.

7-LES SOLES INTERESSES PAR L’ESSAI:
Le caractère simple de l’essai laisse à penser qu’il peut être réalisé dans n’importe quel terrain. Il faut noter que le battage d’une pointe dans un sol fin saturé se traduit par une forte résistance dynamique en pointe, due à l’absorption de presque la totalité de l’énergie de battage  par l’eau interstitielle, ce qui fausse complètement l’interprétation de l’essai en donnant des valeurs fortement surestimées de la résistance en pointe. Il est ainsi recommandé d’orienter l’utilisation de l’essai DPT vers les milieu perméables ou les milieux peu perméables non saturés.
L’arrêt de l’essai se fait ; selon les normes françaises, lorsque la profondeur fixée a été atteinte ou l’enfoncement sous 100 coups est inférieur ou égal à 20 cm ou lorsque le rebond du mouton est supérieur à 5 cm.

Les résultats de l’essai de pénétration dynamique  sont en général reportés sur un graphique artimétrique ou semi-logarithmique sous forme de la variation de la résistance en pointe qd en fonction de la profondeur, en précisant la formule utilisée pour le calcul de qd à partir de Nd  soit sous forme de la variation du nombre de coups Nd pour un enfoncement de 10 cm, en fonction de la profondeur, en indiquant pour cas les caractéristiques du matériel utilisé.

REMARQUE:
 l’essai  DPT est largement utilisé relativement aux autres essais in-situ à cause de sa facilité de réalisation, de sa simplicité et ainsi sa capacité de couvrir une large gamme de sols étudiés. Les appareils le plus utilisés par les laboratoires géotechniques sont le BORRO-B2 et le SERMES. Le premier est généralement caractérisé par :
Masse du mouton = 63.5 kg
Hauteur de chute = 50 cm
Enfoncement de référence = 20 cm
Diamètre des tiges = 45/32 mm
Diamètre du cône = 45 mm
Cet appareil est couramment décrit, dans les rapports de sol, comme étant lourd alors que la consultation du tableau récapitulant les caractéristiques des appareils universellement normalisés, montre que le BORRO est caractérisé par une hauteur de chute plus petite que celle de l’appareil super-lourd DPSH et un mouton plus lourd que celui de l’appareil lourd DPH. Cet écart par rapport à la normalisation limite l’intérêt technique de cet essai, dans la mesure où il ne permet pas l’exploitation d’éventuelles méthodes d’analyse et de calcul géotechnique à partir de l’essai DPT qui peut se développer à l’avenir.
Enfin, la formule des Hollandais est systématiquement appliquée alors qu’il sera vu ultérieurement que celle-ci est limitée et peut dans certains cas donner une surestimation dangereuse de la résistance dynamique qd.


CONCLUSION:

L’enfoncement dynamique d’une pointe conique dans un massif du sol est un problème d’interaction sol/structure assez complexe vu la multitude des paramètres géométriques et géotechniques rentrant en jeu. En outre, l’analyse de comportement dynamique du sol en grandes déformations est en cours en stade de recherche et il est alors dans l’état actuel de nos connaissances, d’espérer aboutir une solution satisfaisante du problème.
        En pratique l’interprétation  des résultats de l’essai DPT s’effectue par calcul d’une résistance dynamique qd  en pointe, à partir du nombre de coups Nd.
        Cependant il existe une diversité de formules de battage approchant la résistance dynamique de la pointe.
        Les formules de battages utilisés en pratique se basent sur le bilan énergétique dans le système mouton – appareil - sol, pour en déduire d’une manière simplifiée la résistance dynamique.      


Note: mes chèrs amis pour voir le reste des Compte rendu TP MDS l'essai de COMPACTAGE DES SOLS (ESSAI PROCTOR) génie civil PDF  2eme année licence telecharger le fichier pdf
















Compte rendu Equivalent de sable TP MDC génie civil PDF

Suivez nous sur facebook:





Partager l'article avec vos amis !! 

lundi 13 mars 2017

Compte rendu TP MDS l'essai de COMPACTAGE DES SOLS (ESSAI PROCTOR) génie civil PDF

Compte rendu TP MDS l'essai de COMPACTAGE DES SOLS
(ESSAI PROCTOR) génie civil PDF  

L'un des trés important essai en genie civil est l'essai de COMPACTAGE DES SOLS
(ESSAI PROCTOR), dans ce article on va voir un compte rendu TP MDS l'essai de COMPACTAGE DES SOLS (ESSAI PROCTOR).


Quel est l'essai de COMPACTAGE DES SOLS (ESSAI PROCTOR) en génie civil ?

Compte rendu TP MDS l'essai de COMPACTAGE DES SOLS (ESSAI PROCTOR) génie civil PDF

TP COMPACTAGE DES SOLS
(ESSAI PROCTOR)


Introduction :
L’essai de pénétration à cône permet de déterminer la limite de liquidité d’un sol remanié, cette limite est atteinte lorsque l’enfoncement du cône dans un sol est de 17 mm.


1-BUT DE TP : 
 A pour but la détermination de:

  1.  limite de liquidité et comparons les résultats avec l’essai de CASAGRANDE.



3-Description de l’appareil:
   Le pénétromètre si un appareil qui mesure la limite de liquidité pour un échantillon remanie, il est composé de :
- Un  socle avec vis de calage horizontal et une tige principale qui et verticale coulisse une pince de blocage.
- Un cône de pénétration constitué d’une tige solidaire d’un cône, ce dernier doit avoir une surface lisse,  un angle au sommet de 30°  et  une  hauteur  min  de 35 mm  la masse  de  l’ensemble
(tige + cône) est de 80g.
- Un dispositif de mesure auquel en mesure  l’enfoncement ou le pénétration du cône.
- Un récipient rigide (godet) de  Ø55 mm et H : 35 mm, destiné à contenir l’échantillon de sol.


4-Materiels:

  •  - Tamis d’une mailles 400 μm
  •  - Palette en caoutchouc 
  •  - Mortier et pilon
  •  - Bol de porcelaine
  •  - Spatule
  •  - Balance 
  •  - Pénétromètre à cône



5-MODE OPERATOIRE
PARTIE EXPERIMENTAL
  Détermination de wL :
  Dans cette partie on va utiliser le même sol qui à été utiliser dans la détermination de la limite de plasticité, ça tenure en eau  et de w= 22%.
                On remplit  le godet avec notre sol, a laide d’un couteau en rase la surface de godet afin d’élimine les vides et avoir un surface plane et lisse, on mais le godet sur le socle et ajuster la position de la pointe du cône jusqu’à ce qu’elle effleure la surface de l’échantillon. En poussant le bouton-poussoir frontal, en libérant le cône et le lisser s’enfoncer dans l’échantillon pendant 5sec,        
                 On appuyant sur la tige de mesure jusqu’au l’affleurement du sommet du port cône et on note la valeur de l’enfoncement en (mm) sachons que la valeur lue sur le comparateur × 0,1 donne la valeur de l’enfoncement en (mm).
                  En effectuions un prélèvement de sol dans le godet dans la zone de pénétration au cône et en déterminons la teneur en eau.
                 En répète généralement l’essai 04 fois sur le même échantillon mais avec des teneuses en eau différente pour chaque essai.
                 Les résultats obtenus sont représentés sous forme d’un tableau  et leur interprétation se fait a laide d’un graphe (l’enfoncement en fonction de w%)

PRESENTATION DES RESULTATS
Dans notre cas 03 essais permettant la présentation des résultats comprend le tableau des valeurs obtenues durant l’essai ainsi que le graphique w= ƒ(l’enfoncement) qui sert à déterminer wL

Limites de liquidité – Tableau des résultats

Compte rendu TP MDS l'essai de COMPACTAGE DES SOLS (ESSAI PROCTOR) génie civil PDF

L'enfoncement

Compte rendu TP MDS l'essai de COMPACTAGE DES SOLS (ESSAI PROCTOR) génie civil PDF





CONCLUSION:

D’après le graphe la  wL  = 41 %
Humidité naturelle :w=   22 %
Limite de plasticité : wp=  18.15 % (d’après la détermination de la limite de plasticité)
Indice de plasticité : Ip=  22.85 %
Indice de consistance : Ic=  83.15%


Note: mes chèrs amis pour voir le reste des Compte rendu TP MDS l'essai de COMPACTAGE DES SOLS (ESSAI PROCTOR) génie civil PDF  2eme année licence telecharger le fichier pdf
















Compte rendu Equivalent de sable TP MDC génie civil PDF

Suivez nous sur facebook:





Partager l'article avec vos amis !! 

dimanche 12 mars 2017

Compte rendu TP MDS la teneur en eau d'un sol génie civil PDF

Compte rendu TP MDS la teneur en eau d'un sol génie civil PDF  

L'article d'aujourd'hui concernat le compte rendu tp mecanique des sols de Teneur en eau d'un sol pour genie civil 2eme année licence pour télécharger ce en tant que fichier PDF a la fin de ce TP  Teneur en eau d'un sol.


Comment on fait la teneur en eau d'un sol en génie civil ?

Compte rendu TP MDS la teneur en eau d'un sol génie civil PDF

TP Teneur en eau d'un sol


Introduction :
Ce TP permet d’obtenir l’une des plus importantes caractéristiques physiques d’un sol (la teneur en eau). Afin de déterminer les efforts qu’exerce un sol, on doit impérativement déterminer sa teneur en eau .On sait aussi que le poids du sol est à la base de la mobilisation des talus et dans le cas de remblayage pour route, aérodrome…. la teneur en eau est utilisée comme paramètre de contrôle.

Compte rendu TP MDS la teneur en eau d'un sol génie civil PDF

1-BUT DE TP : 

  1.  Le bien choisir d’un échantillon d’un sol.
  2.  Savoir-faire d’utilisé les matériel d’un laboratoire.
  3.  Déterminer la teneur en eau d’un sol.



3-Principe:
La teneur en eau d’un sol est déterminée en mesurant la perte d’eau d’un échantillon représentatif après séchage au four jusqu’à masse constante à une température de 110℃±5℃.On compare ensuite cette masse d‘eau perdue (évaporée) à la masse des solides obtenus après séchage.


4-Materiels:

  • un échantillon de sol environ de 41 g.
  • étuve : Une étuve à ventilation forcée et possédant un thermostat.
  • Balance : Une balance précise au centigramme ou à 0.1% de la masse de l’échantillon.
  • Récipient : On doit utiliser des récipient faits de matériaux résistant à la corrosion dont la masse doit rester constante après des chauffages répétés. Des tares en aluminium sont fournies.



5-ETUDE THEORIQUE
Intérêt en Génie Civil  
La teneur en eau d'un sol est un paramètre d'état fondamental et détermine son comportement
Pour réaliser un bon compactage de remblai, couche de forme ou corps de chaussée, il est nécessaire de déterminer la valeur en eau idéale du matériau permettant un compactage efficace aboutissant à la meilleure compacité.
L'essai Proctor consiste à simuler le compactage en laboratoire pour déterminer les conditions optimales de mise en oeuvre du matériau sur le chantier.
L'énergie de compactage dépend de la destination de l'ouvrage. Elle est imposée par les C.C.T.P.
On distingue :
• L'essai Proctor normal : Energie de compactage modérée pour remblais en terre (barrages en terre, digues,…)
• L'essai Proctor modifié : Energie de compactage intense pour fondation de chaussées, pistes d'aérodromes, …). Il correspond au compactage maximum que l'on peut obtenir sur les chantiers avec des engins de compactages puissants.

La notion de la teneur en eau :
En physique des milieux poreux, on désigne par teneur en eau la quantité d'eau contenue dans un échantillon de matière, par exemple un échantillon de sol, de roche, de céramique ou de bois, la quantité étant évaluée par un rapport pondéral ou volumétrique. Cette propriété intervient dans un large éventail de disciplines scientifiques et techniques, et s'exprime comme un rapport ou quotient, dont la valeur peut varier entre 0 (échantillon complètement sec) et (pour la teneur « volumétrique ») la « porosité à saturation » du matériau.

Représentation schématique des trois phases composant un sol et notations : à droite, les volumes d'air, des grains du sol et de l'eau ; à gauche, les poids (W pour l'anglais weight) d'eau et des grans.Compte rendu TP MDS la teneur en eau d'un sol génie civil PDF
Détermination expérimentale de la teneur en eau :
Déterminer la teneur en eau d’un sol revient à déterminer la phase liquide de ce dernier ; la teneur en eau est une grandeur physique définit théoriquement comme étant le rapport du poids de la matière sèche c’est-à-dire aux poids des particules solides, on a donc : w = (poids de l’eau / poids du sol sec) x 100
Remarque1: La teneur en eau est le paramètre le plus important, dont la variation modifie toutes les propriétés physiques de sol.
Remarque2: La température de séchage est de 105°C pendant 24h, sauf pour les sols salins et organiques dont la température ne doit pas dépasser 60°C à fin d’étudier la déshydratation des matières organiques, ce cas là exige une prolongation de la température de séchage (48h). Il est indispensable de prendre de nombreuses précautions pour conserver l’échantillon dans sont état initial pour que les mesures correspondent aux propriétés du sol étudié. Comme on a pris trois échantillons, la teneur en eau utilisable sera la moyenne des trois teneurs en eau trouvées séparément.

6- MODE OPERATOIRE :
On déparaffiner les échantillons prélever sur la carotte à l’aide d’un couteau, en plus on prend trois tares et on les pèse vide, et après on pèse les échantillons avec les tares, et on note les poids humide d’un le tableau.
On met ensuite l’échantillon à l’étuve (Après étuvage), et on note le poids sec de l’échantillon dans le tableau. La différence entre le poids humide et le poids sec (poids évaporé) donne le poids de l’eau, on la mettre aussi dans le tableau.

7-ETDE EXPERIMENTALE :
MODE DE CALCULE :
1-calcule de w(%) :
Compte rendu TP MDS la teneur en eau d'un sol génie civil PDF
Avec :
𝑤=𝑇𝑒𝑛𝑒𝑢𝑟 𝑒𝑛 𝑒𝑎𝑢 𝑑𝑢 𝑠𝑜𝑙 (%)
𝑀ℎ𝑡=𝑀𝑎𝑠𝑠𝑒 𝑑𝑢 𝑟é𝑐𝑖𝑝𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑒𝑡 𝑑𝑢 𝑠𝑜𝑙 ℎ𝑢𝑚𝑖𝑑𝑒 (𝑔)
𝑀𝑠𝑡=𝑀𝑎𝑠𝑠𝑒 𝑑𝑢 𝑟é𝑐𝑖𝑝𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑒𝑡 𝑑𝑢 𝑠𝑜𝑙 𝑠𝑒𝑐 (𝑔)
𝑀𝑡=𝑀𝑎𝑠𝑠𝑒 𝑑𝑢 𝑟é𝑐𝑖𝑝𝑖𝑒𝑛𝑡 (𝑔)

2-calcule de Δw (%):
Compte rendu TP MDS la teneur en eau d'un sol génie civil PDF

APPLICATION NUMERIQUE :
1-calcule de w(%) :
Compte rendu TP MDS la teneur en eau d'un sol génie civil PDF

2-calcule de Δw (%):

Compte rendu TP MDS la teneur en eau d'un sol génie civil PDF

Compte rendu TP MDS la teneur en eau d'un sol génie civil PDF


Compte rendu TP MDS la teneur en eau d'un sol génie civil PDF




CONCLUSION:

Dans ce TP, nous avons déterminé la teneur en eau d’un sol, on a apprit aussi comment mesurer les incertitudes sur la teneur en eau d’un sol.

Ce TP nous a permis de mieux comprendre du comportement du sol et le bien utilisé des matériels de laboratoire.


Note: mes chèrs amis pour voir le reste des Comptes rendus TP MDC EQUIVALENT SABLE  PDF 2eme année licence telecharger le fichier pdf















Comment télécharger le fichier?



---------------------
Tags:
compte rendu tp teneur en eau
tp mds teneur en eau
tp mds (teneur en eau) pdf
tp mds teneur en eau pdf
tp mds la teneur en eau
tp mds genie civil pdf 2eme année
tp mds genie civil
compte rendu limite d'atterberg
tp mds 2eme année genie civil
teneur en eau tp
essai proctor normal tp
tp mds genie civil 2eme année
---------------------



Compte rendu Equivalent de sable TP MDC génie civil PDF

Suivez nous sur facebook:





Partager l'article avec vos amis !!